LE COSTUME D’EVOLÈNE

Un écrin de couleur et d’élégance qui a su traverser les générations dans une région où il semble parfois que le temps s’est arrêté. En se promenant dans les rues du village, on peut avoir le privilège d’en apercevoir à l’angle d’un raccard. Légitime désir de rester eux-mêmes, les jeunes Evolènards ont décidé que trop de costumes dormaient dans les greniers. A travers ce tutoriel, c’est un savoir-faire qui est mis entre vos mains. Une confiance accordée aux nombreux porteurs de nos traditions.

Il y a autant de façon de porter le costume qu’il y a d’Evolènards. Car c’est un héritage qui reste vivant et qui s’enrichit dans son parcours à travers le temps. Le costume fait partie de l’identité d’Evolène. Il est un objet de fascination depuis toujours. Mais il fait aussi partie intégrante de notre quotidien. En être fier, c’est se sentir libre de le porter. Dans une région où l’unité se construit par la fête, pourquoi ne pas la faire en costume ?

 

Ce tutoriel concerne le chùtso et les rochètt, qui sont les deux vêtements les plus portés actuellement lors des diverses occasions lors desquelles l’Evolènard porte son costume. Il existe beaucoup d’autres pièces du costume d’Evolène, comme la précieuse robe de fête, portée lors des mariages. Cette vidéo n’a pas pour objectif de poser une norme, car le costume est vivant, et ses porteurs ont tous hérité d’un savoir-faire qui leur est propre. 

Les textes ont été rédigé sur la base du travail d’Antoine Maistre.

 

Le Chùtso

Le chùtso se porte par-dessus une chemise en coton, avec une parure composée d’un tablier, d’une attache et d’un foulard.Il se porte avec diverses parures selon occasion. Les jours de fête on privilégiera la soie, dans le quotidien, des matières moins nobles comme la laine ou le coton.

La chemise se croise en biais de la droite sur la gauche. La nuque devant toujours être dégagée, on ne fait dépasser que la dentelle, touche féminine et glamour.

Le tablier est légèrement plus court que le chutso. Celui-ci apparaît donc un peu au-dessous. Il n’en couvre que le devant et s’arrête juste sur les côtés. L’attache du tablier, le lìn, ne couvre que le dos. Elle est maintenue par une épingle.

L’Evolènarde porte généralement son chutso avec des bas (couleur chair ou noirs), et des chaussures en cuir noir. La chaussure ouverte et brodée est recommandée pour les fêtes, le bottillon est plus pratique au quotidien.

Petite touche de fantaisie qui se substitue au collier, la broche maintient la chemise. Les bijoux ne doivent pas entraver le croisement de la chemise et le dégagement de la nuque et du cou. Les cheveux sont toujours relevés, généralement en un chignon. La discrétion des apparats modernes contribuent à l’élégance et la beauté de l’Evolènarde.

Le foulard

Elément charismatique et emblématique du costume de l’Evolènarde, le foulard est la pièce maîtresse et celle dont la pose demande le plus de savoir-faire. Il rend les femmes d’Evolène différentes les unes des autres en dépit d’une base vestimentaire commune.

Il est plié en diagonale pour en faire deux triangles superposés qui viennent se joindre dans l’échancrure du corsage du chùtso. La largeur et le nombre de plis (4 de préférence, ou 3) contribue à définir la taille de la pointe selon la personne qui le porte.

Une fois les plis rassemblés, on retourne la bec du foulard pour les fixer au centre avec une imperdable. La taille idéale de la pointe du foulard correspond à la largeur de votre main ouverte. La pose du foulard demande de l’application, afin d’avoir un rendu idéal sur la chemise à l’avant et sur le chùtso et la nuque à l’arrière.

Les Rochètt

Les rochètt sont les habits traditionnels masculins et se composent d’un pantalon en laine brune, d’une chemise blanche et d’un paltò (veste). Ils peuvent se porter avec une fâchu, une cravatte, un ponpon, ou un foulard selon l’occasion. Pour les fêtes, la fâchu s’assortit en principe de la cravatte.

La chemise est blanche et se porte dans le pantalon. La fâchu, large ceinture brodée, est ajustée autour des hanches. Ses motifs varient selon les goûts et les armoiries de l’Evolènard.

Généralement, l’Evolènard porte son paltò ou son gilet, ainsi que son chapeau en feutre. Ses chaussures en cuir noir et ses chaussettes en coton blanc.

Trucs et astuces

  • Pour ne pas abîmer vos tabliers, repassez la soie sur l’envers du motif, et couvrez-les avec un linge de cuisine.
  • Utilisez de l’amidon pour le repassage de vos chemises, afin de gonfler vos manches et de relever votre dentelle.
  • Soignez les détails, comme le sens des motifs sur vos attaches.
  • Remisez et assemblez les plis de votre schutz et rangez-le à l’abri de la poussière

 

Un projet porté par l’Arc-en-Ciel d’Evolène
Une réalisation Hugo Tomé 

X